ACCUEIL...CHALEUREUX


Et pourtant, il n'y avait certainement pas le feu ! Pensez bien.
Alors que nous nous baladions en voiture et que nous nous approchions tranquillement de Scarpeneuve, ma femme (qui n’est pas du genre à mettre de l'huile sur le feu) s'exclama :
« dit, au fait, as-tu déjà songé à préparer ton prochain article pour ton site ? ».
Nom d'une pipe, lui lançais-je avec stupeur, ça m'a complètement échappé.
Je jetai alors feu et flamme ne pouvant nier l'existence d'un certain retard.
Surprise de ma réaction, elle me donna le feu vert pour rentrer dare-dare au foyer.
Dans le feu de l'action, je me permis de jouer avec le feu.
En effet, après avoir actionné mon feu clignotant, je tournai à droite en grillant un feu rouge.
Mais, pestait ma femme, je crois qu'il y avait un agent posté à ce carrefour… j'en mettrais ma main au feu.
Bah !, lui rétorquais-je, il n'y verra que du feu.
J'étais vraiment excédé par ce qu'il m'arrivais mais j'avais toujours le feu au derrière.
Une fois rentré chez nous, nous ingurgitâmes, à la six-quatre-deux, des petits-fours et un pot-au-feu agrémenté d'un pain complet que ma moitié avait préparé secrètement. Un délice !

Maintenant que vous êtes à bonne température et qu'il n'y a toujours pas le feu, je vais vous forger une histoire qui, je l'espère, exaltera le feu qui est en vous. Ca va chauffer !




Aurais-je dû vous parler de la flambée des prix du mazout qui est pourtant un sujet brûlant à faire froid dans le dos.
Et bien non, il n'y aurait pas de quoi s'enflammer et je ne serais pas chaud à l'idée de salir la réputation d'une certaine catégorie de personnes.
Ayons cependant une pensée toute particulière pour ceux qui n'ont que trop peu de braise (argent) et qui doivent, bien malgré eux, traverser cette période difficile.
Je me permets de leur dédier cette histoire qui, quelque part, embrasera leur cœur.

Ma femme, qui a les jambes comme des allumettes vient tout juste de sortir notre chien : un briquet.
Elle me laissait cuire dans mon jus… mais c'était voulu.
Un peu fumiste sans être flambeur, j'en profitai pour emballer, comme un boulet de canon, le cadeau qui lui était destiné : une monture de verres fumés flambant neuf !
Je l'aime tellement ma femme.
C'est quelqu'un de brillant et toujours rayonnante quelles que soient les situations. Rien ne la consume.
Je vous parle, je vous parle, et elle n'était pas encore rentrée !
Il y avait de quoi être sur des charbons ardents et ça commençait à sentir le roussi.
Complètement déshydraté je me servis un jus d'houblon que j'engloutis sans chalumeau bien sûr.
Plus rien ne fonctionnait correctement. Il y avait de la friture à la radio et moi j'attrapais des bouffées de chaleur.
Cela peut paraître normal quand on sait que je suis d’un caractère plutôt bouillant.
Lorsque soudain : boum, boum, boum… on tambourinait à la porte.
Il y avait une lueur d'espoir. Je me précipitai et ouvris aussitôt. Elle était là, en larmes.
Notre briquet avait été passé à tabac et ma femme, quant à elle, avait reçu un coup sur le cigare.
Ne vous inquiétez pas, elle s'en remettra… c'est une dure à cuire.
C'est fou ce qu'elle avait la fièvre de tout me raconter et ainsi faire la lumière sur cette sale affaire.
Avant même qu'elle n'ouvrit sa bouche, je lui présentai son cadeau.
Ses yeux flambaient à nouveau et son visage s'éclaira.
Ma femme est éblouissante. Quoi de plus normal… elle brûlait d'impatience pour ouvrir son cadeau.


Bon, à présent il est temps de vous laisser, nous devons partir nous fondre dans cette merveilleuse ville. Nous vous y attendons, les personnes y sont tellement chaudes.




Lecameleon

 


Créer un site
Créer un site