A U T O.....P O R T R A I T


Pour poursuivre l'année dans la bonne humeur, permettez-moi d'introduire le texte de bienvenue par un fait divers peu banal qui avait fait la une des journaux il y a 2 mois de cela.

Surprenant, inimaginable, incroyable, étrange..., les qualificatifs ne manquèrent pas pour expliquer ce dénouement. Pensez bien.

Ben Thorn, un robuste antiquaire et chauffeur de poids lourd américain avait commis l'irréparable lorsque, dans son camion et en état d'ébriété, il renversa mortellement une adolescente.
Récidiviste, il fut passible de la peine de mort : la chaise électrique.
Rien, jusque là, ne pouvait susciter l'intérêt d’une telle sanction me direz-vous.
Et pourtant, le jour de l'exécution, le miracle se produisit. Toutes les tentatives d'électrocution restèrent vaines, rien ne semblait pouvoir l'atteindre physiquement.
On dut se résoudre à le gracier !
Eh oui, c'était vraiment un très mauvais conducteur ce Ben !!!

A présent, laissons cette armoire à glace d'antiquaire au placard pour en venir à mon discours amalgamant vos noms aux voitures.
Ai-je votre ACCORD ? Je le savais.
Alors, bouclons nos ceintures et mettons-nous en route pour ce tour d'horizon.




Spa-Francorchamps, théâtre de vos exploits.


Il faisait splendide ce dimanche-là. Le vent chaud, tel un SIROCCO caressait ma peau et je me laissai aller. J'admirai dans une PRAIRIE toute proche des stands, les marguerites et les LOTUS avec, sur ceux-ci, des COCCINELLE.
Plus loin, derrière un PORSCHE et dans un ESPACE clôturé, j'observai les PANDA, ELAN, JAGUAR ou autres PUMA.
Les oiseaux chantaient « JEEP, JEEP, JEEP... ».Que j'étais bien.
Soudain, dans un grondement de tonnerre, toutes vos voitures se mirent à cracher leurs feux, me rappelant que ma présence ici consistait à assister à la course et non de m'adonner à toutes ces flâneries.
Ce fut un véritable CONCERTO, PRELUDE d'une journée PEU JOviale en bruit de tous genres.
Frédéric, enCORE ADO et responsable de la sécurité, nous pria de rejoindre les gradins. SHARAN les spectateurs nerveux.
Il n'y avait qu'une seule dame au départ avec un nom prédestiné "MERCEDES". Elle était assez FORD et elle portait un POLO moulant. Il paraît que c'est une STARLET d'IBIZA. En plus, c'est la soeur KADETT d'Albert, qui lui-même est l'ami d'Olivier, un prêtre fou de bagnoles et faisant toujours preuve d'un sens CIVIC étonnant. Une vraie LEGEND ce gars. Ils étaient aussi tous les deux sur la grille de départ.
A la troisième ligne je reconnus le richissime Philippe qui possède deux paquebots mais surtout QU'A DIX YACHTS, et son copain Bill, qui eux jouaient du SAXO pour se relaxer. Bill a horreur de l'har...monica.
A la septième ligne, et sous bonne ESCORT, Paul demeurait toujours aussi GALANT avec Nicole sa DIVA de SEDAN. Mais elle, elle préFERE HARRY son CADDY au GOLF.
Plus loin encore, Marco de CORDOBA restait néanmoins le FAVORIT sur ce circuit.
Après un premier signal les voitures s'élancèrent pour un tour de chauffe.
Les ESPRIT se réchauffèrent peu à peu sur les gradins et la tâche se CORSA pour les commissaires de piste.
Il y avait Roberto à mes côtés qui dégustait je ne sais trop quoi. Curieux, je lui demandai ce qu’il mangeait. Il me répondit froidement « UNO friSKO DA »! Je rigolai tant et plus lorsque... OH DIT, arrête de faire le pignouf, lança ma femme, et dis-moi plutôt où tu as rangé MON DEOdorant.
Sur ces entrefaites, nous n'avions pas remarqué que les voitures terminaient leur tour de chauffe, lorsque tout à coup... pan ! Avec son COLT le directeur de la course donna le vrai départ.
Vous savez, cela VALLEY la peine d'attendre car la course fut palpitante disait ma femme. CA MA RAppelé de bons souvenirs.
Les tours se succédaient, lorsque, fiNISSAN le vingtième et après avoir longuement rongé son frein, Philippe, en faisant l'intérieur tenta un dépassement quelque peu suicidaire. Il prit l'accotement, perdit les pédales et brisa net ses amortisseurs... (points de suspension!). C'était fini pour lui. Par fair-play il souhaita aux concurrents : "bueno SIERRA".
Quant à moi, lassé peut-être, je m'assoupis une bonne heure et fus réveillé en sursaut par les applaudissements proférés à l'encontre du prêtre Olivier qui avait remporté cette manche. LA DAme termina seconde et Marco troisième.
Elle était tellement heureuse, cette dame, que soudain... hOP ELle se JETTA sur le prêtre et le porta en TRIUMPH. L'abBE AIME.
Après un bon quart d'heure ils quittèrent tous le podium sous les BRAVO. Quelle FIESTA !
Cette journée terminée, Gare au coup de pompe. Certains, d'ailleurs, étaient sagement restés sur place pour assister au concert de Philippe Lafontaine, histoire de recharger leurs batteries.

Bon vent à tous.




Alfa romeoROMEO, alias Lecameleon



Créer un site
Créer un site