L'AllumOIR AssAssin (L'humour sain)


Lorsqu'il s'agit d'ébaucher un texte quelconque, ma femme est d'une explosivité à tous points de vue remarquable.
Voici donc, sans plus attendre, les mots d'elle réduits par mes soins, vu l'afflux de ceux-ci !

Ce soir, je suis inquiet. Pensez bien !
A mon réveil, je me suis retrouvé confronté à ce problème récurrent manifesté par cette impossibilité de « sortir » le son « A ».
Mais, et ô miracle, à la relecture de ce texte l'incroyable s'est produit, notamment dans le sens autre que celui initialement écrit.
Croyez bien que tout cela est, bien évidemment, indépendant de ma volonté hum ! hum !



(Prononcez : époux pour époi - tome pour atome - bout pour aboi).


C'est toujours un immense plaisir de prendre mon pApier pour vous lire mes textes.
Je sais bien que j'ai votre Accord !

Brrr ! C'est l'hiver, il pleut et j'en bégaie même !
Je me disais : « Il fait frOId…frOId, j'ai une tête mOI…mOIte et je vais vite enfiler un pAréo ! ».
Oui, je sais, je m'Attife drôlement !
J'ai juste le temps d'ingurgiter un jus d'Anis et de sucer, non sans peine, un bonbon cAriant, qu'il me faut déguerpir promptement pour me rendre au souper des élèves dans cette école où j'enseigne l'électricité aux cours du sOIr.
Heu ! Au fait, je me prénomme AdriAne et surtout faites Attention j'Affiche une bonne forme.
Dix-sept élèves se sont inscrits dans mA section, dont :
° Cinq militaires Alliés très très unis.
° Deux CroAtes Acerbes.
° Deux riches NiçOIs hÂlés.
° TrOIs Normands gris….onnants !
° HorAce, un jockey surnommé l'homme aux 100 gAlops et grand maître du tArot.
° CArole, une belle frisée bossue mais Adroite.
° RAoul, un SétOIs qui ne sait rien.
° L'ogresse DiAne, une gredine très Agile de Binche.
° L'escroc ThomAs et sA grosse bourse, un type gAlant d'Houille.

Cette école, L'AllumOIr AssAssin, est sous lA tutelle du rOI Fing….heu….un illustre inconnu !
Elle se situe au beau milieu d'un terrain bOIsé (au bOIs des rêves) et c'est lA gAlère pour s'y rendre.
Je croisai même notre Amie lA boulangère, qui en revenait, embourbée et donc dans le pétrin !
Au réfectOIre, une centaine d'élèves s'étaient tAssés tAssés (oups une coquille !)
Certains sommeillaient et d'autres se disputaient ! Quelle mouche les piquaient donc ?
Sur ces entrefaites notre jeune directrice vint vers nous et nous tint ces propos :
« BonsOIr, vous m'entendez bien ? ».
Et nous de lui répondre en chœur : « Au diAble les distraits ».
Je suis restée bloquée sur la route par des Affreux freux mais j'ai vite pAllié et Adroitement au problème, disait-elle.
Elle nous tint en hAleine pendant 15 minutes et nous restions yeux rivés vers elle comme de vrais moutons.
C'est pAs laid disait même un Écossais.
Son discours terminé, nous pouvions commencer le festin.
On servait des rAfraîchissements au bAr :
° Du spA orange.
° Du jus de cArotte.
° Du cocA pour les mineurs.
° Du vin Aligoté des Alliés. (C'est un bon chOIx disait un GénOIs qui bOIt).
Le menu était, lui, composé exclusivement de poissons dont des Ablettes un peu sucrées aux pOIs.
Moi, j'ai surtout tiqué sur l'AtocA (airelle).
Le cuistot aux grandes pAluches était rempli de courAge et mit tout en œuvre pour que cette soirée soit réussie.

Elle le FÛT……hic…hic…hic !


Gypsophil…..AliAs… Lecameleon

 


Créer un site
Créer un site