LES VILLES BELGES



Cliquez pour agrandir ces belles images


Anvers









Marche









Lessive









Fosses













Beloeil













Gand









Jambes









Tournai









Bouillon









Beauraing










Amour à la française

Diaporama

Une   avec  


Toutes les personnes qui ON eu la chance de lire ce texte sont restées BOUGE BEEZ.
Apparemment il a l'ERBAUT. Voyez plutôt.


C'est avec quinze minutes de retard mais l'esprit toujours SERAING que nous partîmes enfin avec le card'HEURE. En fait, l'autocariste qui n'est jamais ALLEUR FUMAL renseigné du point de ralliement fixé par les organisateurs.

Que dire de cette première journée ?

Eh bien que nous fûmes émerveillés sur le site de la fameuse pompe à DOUR, mais que BRAIVES fut la visite.
De fait, étions-nous à peine remis de nos émotions que nous avons eu la grande joie d'admirer la roue d'ANTHÉE et cela après avoir connu les pires difficultés à grimper la côte d'YVOIR.
Il paraît que c'était un RACOUR SCY pour s'éloigner de la PROFONDEVILLE !

Par la suite, nous nous sommes intéressés aux instruments de musique à CORDES, en évitant BAAL et son plus que prestigieux trou !

Suivaient alors la visite des œufs de BEERT, des carrelages d'ALLE et de conclure par le point d'ORCQ.
C'était le monde à l'ANVERS, mais quelle belle journée dites donc !

Demain, par contre, c'était encore HUMAIN, un drôle de BLEID qui nous attendaient.
Oui, ma MARENNES, PLOMBIERES de formation, en avait déjà fait le tour plus d'une fois.

C'est sur l'ERE de BONNERT (vaste étendue d'une centaine d'HARRE), et à l'ORET du bois d'EINE, (une FOREST superbe), que nous dressâmes nos tentes (les LOYERS, nous ne connaissons plus ici).
La nuit était incroyablement d'HOUSSE. N'ai-je pas eu la mauvaise idée de raconter, à ma chère MARENNES, mes problèmes de santé ! Je lui disais : "je vais TROOZ à CELLES et j'ANHÉE ASSE AYE".
Avec mon RUMES et alors que je POUSSET pour rendre, j'en profitai pour BOIRS mon SIRAULT mais pas DE PINTE car la BIERGES crois qu'avec la gorge ASSENT c'était à exclure.
Fatigué, je BIZET MARENNES. TUBIZE tôt aujourd'hui s'étonnait-elle !
Nous nous déshabillons alors et nous nous FOURONS chacun dans un sac de couchage.
Sur le sol aLONZÉE et enfermés dans notre tente, ON manque d'HEER et ON DORMAAL ACOZ de la chaleur.
Il ne fait pas FROIDMONT p'tit, disait encore MARENNES d'un ERE moqueur. Pourtant ON d'HORNU !

Tôt le matin, un APPELS ou plutôt un SOMBREFFE nous réveilla en sursaut. La porte SOUVRET tout doucement. C'était l'ABÉE MARCQ et pas la MÉRENDRÉE ce que nous redoutions tous les deux.
ON se LESVES et ON s'habille. Pour la ixième fois je me RECOGNE au piquet de notre tente.
Pendant qu'elle MARCHE, tantôt sur les GALLAIX et tantôt dans LA GLEIZE, histoire de se dégourdir les JAMBES, je m'exerçai aux poids et AALTER afin de maintenir une certaine forme.
Bien réveillés cette fois, nous allâmes vers un gros ARBRE entouré de RONSE, près de la RIVIERE, pour faire notre LESSIVE. Ne SOYE pas d'HOUYET murmura MARENNES, même si LO sur le GAND est froide.
Pendant que certains préparent le petit déjeuner dans LACUISINE, moi je dresse la table. GENAPPE celle-ci, je la décore de FLEURUS, j'y dépose le BONLEZ et le SPA (vive les BULLES), le BRYE, l'HACHY (après l'avoir préalablement endHUY DESSEL et de poivre), le LAAR, le pain et le BURE.
Nous mangeâmes de bon cœur. Les saletés ON les METTET dans la FOSSES, une vraie PORCHERESSE.
Le rangement terminé et les sacs à dos pleins à craquer, nous nous rendîmes à BIEZ, comme les PIÉTON, sur HUMAIN. Nous avons FRANCHIMONT et vallées et avons traversé quelques villes dont KANNE et son mini festival, AS et son carré.
Il avoisinait midi trente, HEURE à laquelle nous arrivâmes à destination.
Alors que certaines bonnes volontés préparaient vaillamment le dîner, j'avais décidé d'aller me promener. J'escaladai LATOUR surplombant L'ÉCLUSE et observai les MORTIER qu'ON avait abandonnés là.
Après quelques minutes je descendis CELLES-ci et poursuivis mon chemin lorsque soudain j'entendis une voix derrière un BUISSONVILLE. Je m'avançai pour YVOIR plus clair de mon BELOEIL.
J'aperçus une DAMME de REVES. ON aurait bien voulu LAVOIR pour SOYE d'autant plus que sa LIGNE était parfaite. Elle portait d'innombrables bijoux. Ses LOBBES étaient transpercés par d'énormes boucles d'OREYE. Ses MEMBRE, à savoir LAMAIN gauche, laissait apparaître plusieurs bagues, dont une alliance, alors que ses GEMBES et ses BRA supportaient des bracelets aux couleurs multiples.
Elle avait BELLAIRE avec son string. J'admirai aussi ses BEAUSAINT BOMBAYE ainsi que ses BEAURAING.
Tout à coup, elle sursauta, se sentant VISÉ ou attirée probablement par l'ODEUR que je dégageais.
OHEY, il y a quelqu'un s'exclama-t'elle ? A peine avait-elle enfilé son jean MOULAND qu'elle m'aperçut.
La BELLECOURT vers MOHA. Paniqué, je restais cloué sur place. Les tatouages sur MAISSIN vous plaisent-ils ?
Ca devait être une PUTTE. BERG ! Je me SOVET à toute allure pour retrouver MARENNES et les autres.
Le dîner était fin prêt. ON NINOVE aujourd'hui.
Au menu : BOUILLON, PESCHE au THON et figues d'ATH.
Comme boissons : CHIMAY, CINEY ou BARRY AVIN.
GEDINNE avec mes compagnons et nous nous régalons.

Ce repas terminé, nous nous sommes MAGNÉE pour retourner à BONNERT, là où nous avions laissé notre campement.
Une fois sur place, HOMBOURG la soute de bagages et souvenirs.
Le retour fut pénible et agréable à la fois. En effet, nous avons eu la chance de nous entretenir avec les sœurs de FRAIRE, les gens d'ERE, Céline d'HYON et les moines d'HABAY.
Demain, nous lèverons le camp pour la troisième journée.
TELLIN, la LONGUEVILLE et ses NEUFMAISON sera notre prochaine étape.
La soirée étant libre, nous en profitâmes pour jouer aux QUARTES sur les pierres d'OLMEN.
J'EKSEL et DISON le j'étais un CHAMPION voire un ROY à ce jeu. JUSERET encore d'astuces. La première ronde commença DONK.
Pendant qu'ELLEMELLE, MARENNES, je sirotai le coke de DE HAAN et mangeai des fruits de MEER.
Quant au GUIRSCH, ON espérait ne pas tomber HACCOURT et ne pas être plus RONQUIERES.
C'est HAMOIS de jouer ! Elle m'en RENDEUX ACOSSE de ce SALLES jeu. Je repris deux AS.
Et pourtant ON ne PIPAIX pas les QUARTES. Alors, je LENS, ou plutôt j'ÉTALLE mon jeu.
AMAY c'est FOOZ s'exclama alors mon adversaire. Ce GROS-FAYS me BOTHEY le cul par mécontentement.
Vous savez, ça FLÉMALLE lorsqu'ON reçoit un pied dans le coccyx.
La COUILLET pour toi et je PARIKE tu as triché pensa-t-il ! GÉRIN compris quant à son comportement.
JEHAY et j'ai ROGNÉE contre ce type. Je lui TOURNAI le dos en faisant un pied DENÉE.
ATHUS MARCQ le SCHORE maintenant me rétorqua d'un ERE étonné le gros !
BEEZ HUY lui répondis-je et arrête de faire DUDZELE, c'est CLERMONT vieux !
Alors que JALLET d'HONNAY HAMONCOURT, il me donna une bonne BOIGNÉE de main et tout rentra dans l'ordre. Nous avons joué une bonne partie de la nuit.
Plus loin, un prof de FILOT, ROUX de cheveux, jouait sur le CLAVIER d'un synthé la musique de Van HALEN.
MARENNES, sur la musique POPPEL d'ANS SAUTOUR d'ESPIERRES de TAILLES.

L'HEURE bien avancée, nous allâmes dans notre tente. Nous ôtâmes nos PULLE en PUURS l'EINE et nos SLIJPE car il FESCHAUX. Quand soudain..… BOOM, elle me POUCET ATTERT avec ses GEMBES MOL KELMIS HAMONT cou.
HODY, MELLET SOUMOY, tu me fais MALLE. Mets-toi à l'AISEMONT BAUFFE.
Tu es BEAUMONT p'tit et TAMINES est resplendissante. Alors AGIMONT ange insista-t-elle !
Mais qu'y a TILDONK ? Je lui répétai que j'étais exténué, mais ANVAING.
Elle me BANDE les yeux et se JETTE sur MOHA.
Elle aBUZET de la situation mais cela ne DURAS pas bien longtemps, consciente probablement de ses HAACHT.
C'est fou ce qu'elle est à l'AISEAU lit.
En tout cas, elle VAUCELLES que j'ai connues auparavent. Nous nous endormîmes enfin.

C'est tôt que nous nous levâmes car la journée promettait d'être chargée.
Il y avait de la ROSÉE ce matin-là et les ROSSIGNOL chantaient.
ON a même aperçu un HÉRON sans ZELE.

L'autocariste, autant vous avouer un GRAND-LEEZ, vérifia une dernière fois la JAUCHE et nous partîmes à la rencontre de ces BONNEVILLE.
Nous visitâmes d'AUTRE-EGLISE.
C'est à FREUX, sur un GRAND-AXE routier que l'ON a entrevu, à travers les vitres teintées, le cimetière de FAULX-LES-TOMBES à MILMORT.
C'était MORHET lugubre cet endroit. L'autocariste qui avait bien lu RHISNES sur les panneaux immobilisa son car pour satisfaire un petit besoin.
Ensuite nous avons visité les galeries d'ÉMINES à LAMINE, une drôle de race à RIENNE, les raquettes d'HONNAY, le bois de LIEGE et ses menuiseries de CHEVRON et d'ACHENE.
Quand je vis TELLIN ! JUMET KALLO grands ouverts.
Dans les PATURAGES ou plus précisément dans LA BRUYERE, j'entendis MEUX !
Que vis-je sur l'ERPE ! Le VAULX et LAVACHERIE comme s'ils nous accueillirent.
Nous arrivions au TERMES du voyage.
Nous prîmes du recul à VANCE afin de réfléchir sur certains problèmes sentimentaux.

Quelques mois plus tard et ses NOUVELLES aMOERE retrouvées, (l'AISCHE PEER RANCE RENAIX), ils se MARILLES ERE à LÉGLISE et se rendirent aussitôt à SAINT-VITH, dans leur chambre à HEER.
Ils ne cessaient de se dire : "MY l'HOVE et se sont jurés de ne divorcer qu'HALLE SAINTES GHLIN-GLAIN !


Tous mes bons vœux pour LANAYE 2016.



Bloc Kurde








Créer un site
Créer un site